vendredi 30 mars 2012

remerciements et premier bilan




Fédération Syndicale Unitaire (FSU), université Lille 2
(SNESUP – SNASUB – SNCS)

Premier bilan des élections aux conseils de l’université Lille 2 du 22 mars 2012

La Fédération Syndicale Unitaire (FSU) remercie l’ensemble des électrices et électeurs qui ont participé jeudi 22 mars 2012 aux élections de renouvellement du conseil d’administration (CA), du conseil scientifique (CS) et du conseil des études et de la vie universitaire (CEVU) de l’université Lille 2.
L’important taux de participation traduit leur volonté affirmée de participer au gouvernement de l’établissement.
La FSU remercie tout particulièrement celles et ceux qui ont apporté leurs suffrages aux candidates et candidats qu’elle a présentés.
Elle adresse ses sincères félicitations à tous les collègues élus, qui vont renouveler de manière importante la composition de ces conseils.

Sous réserve de la proclamation officielle des résultats, quelques éléments de bilan peuvent d’ores et déjà être tirés.
Au CA, les listes soutenant la candidature du professeur Xavier Vandendriessche à la présidence obtiennent la majorité : six sièges sur 7 dans le collège des professeurs et directeurs de recherche, et 5 sur 7 dans celui des autres enseignants et chercheurs. L’élection de ce collègue, le 19 avril prochain, aux plus hautes fonctions de l’établissement semble ainsi assurée. Les listes présentées par le professeur Régis Matran n’obtiennent qu’un siège dans chacun de ces deux collèges.
Ce succès est notamment le produit, d’une part, d’une campagne active du Pr. X. Vandendriessche, lancée dès janvier 2012, et, d’autre part, de la conviction largement répandue, quoique sans fondement, que cette université doit être alternativement présidée par des spécialistes des sciences de la santé et du droit.

Surtout, une telle majorité est rendue possible par la « prime majoritaire » créée par la loi LRU d’août 2007, qui accorde automatiquement la moitié des sièges à la liste obtenant le plus grand nombre de voix.
Ce système électoral, qui minore abusivement la représentation des autres listes, constitue une grave atteinte à la démocratie représentative : c’est l’une des raisons pour lesquelles la FSU exige l’abrogation de la loi LRU et l’ouverture d’un vaste débat pour améliorer véritablement le cadre législatif du fonctionnement et du gouvernement des universités.

Pour sa part, la FSU conserve les deux sièges qu’elle détient au CA depuis 2008 : l’un dans le collège des autres enseignants et chercheurs, l’autre dans celui des personnels BIATOSS.
Par rapport aux précédentes élections du 18 mars 2008, la FSU a présenté jeudi dernier deux fois plus de candidats, dans presque tous les collèges des trois conseils, y compris ceux des professeurs, et sur nombre de listes complètes. Cette situation témoigne du progrès considérable de l’implantation de l’organisation syndicale dans l’établissement,
Ce jeudi, 16 des 36 candidates et candidats, syndiqué-e-s ou non, présenté-e-s par la FSU ont été élus dans l’ensemble des conseils, ce qui double le score de 2008, grâce, notamment, à une percée notable dans le secteur de la Santé et au renforcement de la position en Faculté de droit.
En outre, la FSU est première en nombre de voix chez les personnels BIATOSS.
Elle atteint ainsi l’objectif qu’elle s’était fixé de constituer le principal foyer de contre-pouvoir dans l’établissement, afin de contribuer à faire vivre la démocratie par la réflexion et l’action collectives.

La FSU, qui a fait le choix de ne soutenir aucun des deux candidats à la présidence, ne donne aucune consigne de vote à ses élus au CA pour l’élection du président.

Foncièrement hostile à la conception présidentialiste de la direction des universités imposée par la loi LRU, laquelle confère au président des pouvoirs exorbitants en même temps qu’elle réduit considérablement la représentation des personnels et des étudiants, la FSU et ses élus continueront de défendre les intérêts individuels et collectifs des personnels et une conception démocratique du service public de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Conscients des responsabilités accrues que les électeurs lui ont confiées et des attentes multiples et fortes qui s’expriment aussi hors élection, les militants syndicaux et les élus non syndiqués, regroupés en une équipe dynamique et déterminée, resteront mobilisés et vigilants et œuvreront pour faire aboutir les propositions résumées dans leur profession de foi.
Ces dernières s’articulent autour de deux grandes orientations :
  • Replacer les valeurs et missions authentiques au cœur de luniversité pour un service public gratuit, laïc, humaniste, de proximité, répondant aux besoins sociaux, libéré des pressions politiques, économiques ou religieuses ;
  • Redistribuer le pouvoir pour reconstruire le service public universitaire.
Il va sagir ainsi pour létablissement, dune part, de développer des moyens pour lenseignement et la recherche, et dautre part, dinstaurer une vraie reconnaissance des personnels BIATOSS.

Lille, le 24 mars 2012

pourquoi ce blog ?

nous venons de créer ce blog pour informer les personnels BIATOSS ,enseignants,chercheurs,enseignants-chercheurs de l'Université de Lille 2 et populariser nos propositions.